m
0

Documents  Infirmières - Rôle professionnel | enregistrements trouvés : 3

     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

Presque tous les cas de cancer du col (CC) sont causés par une infection persistante au virus du papillome humain (VPH). Le cancer du col est le deuxième carcinome en importance chez les femmes; malgré tout, les taux de dépistage pour le Canada en 2017 ont raté l’objectif par 19 %. On a, par exemple, observé des taux aussi bas que 57,6 % dans les quartiers défavorisés de l’Ontario, comparativement à 70 % dans les quartiers aisés. Des obstacles complexes et multifactoriels nuisent à la participation des femmes au dépistage du cancer du col (DCC). Les écueils les plus courants sont directement liés aux disparités dans les déterminants de santé, notamment l’appartenance à une minorité ethnique, le faible statut socio-économique, une moins grande éducation, et la difficulté d’accès aux soins de santé. Les infirmières praticiennes (IP) peuvent aplanir ces obstacles en prodiguant des soins d’avant-garde, fondés sur la recherche, respectueux de la culture et attentifs aux besoins des femmes tout en établissant des liens de confiance avec les patientes, jouant ainsi un rôle plus vaste dans la prévention de la maladie. L’objectif de la présente revue de littérature est de résumer les contraintes au DCC et le rôle que peuvent jouer les IP canadiennes pour les alléger.
Presque tous les cas de cancer du col (CC) sont causés par une infection persistante au virus du papillome humain (VPH). Le cancer du col est le deuxième carcinome en importance chez les femmes; malgré tout, les taux de dépistage pour le Canada en 2017 ont raté l’objectif par 19 %. On a, par exemple, observé des taux aussi bas que 57,6 % dans les quartiers défavorisés de l’Ontario, comparativement à 70 % dans les quartiers aisés. Des obstacles ...

Infirmiers - Rôle professionnel ; Infirmières - Rôle professionnel ; Soins de santé primaires ; Cancer - Diagnostic ; Col de l'utérus - Cancer ; Col de l'utérus - Cancer - Dépistage ; Dépistage (Médecine)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

Introduction : La rétention des professionnels de la santé (PS) dans le réseau de la santé durant une pandémie telle que celle de la COVID-19 est un enjeu crucial. Mieux comprendre les facteurs pouvant motiver ou dissuader les PS de fournir des soins aux personnes atteintes de la COVID-19 permettrait la mise en place de mesures favorisant le maintien et la qualité des soins.
Objectif : Cette étude vise à identifier les facteurs modulant l’intention des PS à éviter de prendre soin de personnes atteintes de la COVID-19.
Méthode : Les PS du Québec (Canada) ont été invités à répondre à un questionnaire en ligne, entre les mois d’avril et août 2020, durant la première vague de la pandémie de la COVID-19 dans ce pays. Ce questionnaire portait sur leur intention de prendre soin des personnes atteintes de la COVID-19, leur expérience dans la prise en charge de tels patients et leur niveau d’anxiété par rapport à la pandémie. Des analyses statistiques descriptives et des régressions multiples ont été réalisées afin de déterminer si certains PS présentaient un profil différent en regard de l’intention d’éviter de prendre soin d’une personne atteinte de la COVID-19.
Résultats : Un total de 430 PS ont répondu au questionnaire. Les PS étaient en majorité des femmes (87 %) et des infirmières (50 %). De ce nombre, certains ont dit avoir pensé (12 %) ou avoir pris des mesures (5 %) pour se soustraire à l’administration de soins aux personnes atteintes de la COVID-19. Dix-huit pour cent ont dit être prêts à saisir une occasion qui leur permettrait de ne pas prendre soin de tels patients. Être médecin (RC : 0,47 IC 0,23-0,94) et avoir antérieurement prodigué des soins à des personnes atteintes de la COVID-19 (RC : 0,56 IC 0,36-0,86) étaient significativement associés à une intention moindre d’éviter de prendre soin de personnes atteintes de la COVID-19. Une plus grande intention d’éviter de travailler avec de tels patients a été associée positivement avec l’augmentation du score d’anxiété des PS (RC : 1,06 IC 1,04-1,08).
Conclusion : Avoir antérieurement prodigué des soins à une personne atteinte de la COVID-19 et le fait d’être médecin étaient associés à une intention d’évitement moindre à soigner des patients infectés par la COVID-19. L’anxiété représenterait un facteur prédictif de la volonté des PS de se retirer de la prise en charge de personnes atteintes de la COVID-19. L’identification des déterminants de l’anxiété chez les PS et des facteurs pouvant les motiver à fournir des soins aux personnes atteintes de la COVID-19 pourrait permettre l’élaboration de stratégies adaptées visant le bien-être global et la rétention du personnel de santé en temps de pandémie.
Introduction : La rétention des professionnels de la santé (PS) dans le réseau de la santé durant une pandémie telle que celle de la COVID-19 est un enjeu crucial. Mieux comprendre les facteurs pouvant motiver ou dissuader les PS de fournir des soins aux personnes atteintes de la COVID-19 permettrait la mise en place de mesures favorisant le maintien et la qualité des soins.
Objectif : Cette étude vise à identifier les facteurs modulant ...

COVID-19 ; Coronavirus ; Anxiété ; Motivation en éducation ; Personnel médical - Responsabilité professionnelle ; Infirmières - Rôle professionnel ; Médecins - Responsabilité professionnelle ; Soins de santé primaires ; Santé publique - Enquêtes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 19 p.

This document provides nurses with guidance about their accountabilities related to medical assistance in dying.

Aide médicale à mourir ; SOINS INFIRMIERS ; Infirmières - Rôle professionnel ; Infirmières - Responsabilité professionnelle

... Lire [+]

Z